Mot de l'année 2016



LE PUBLIC ET LE JURY ÉLISENT « RÉFUGIÉS », MOT DE L’ANNÉE 2016

Cette année, 98.508 personnes ont participé au vote.
Ce choix du jury et des internautes intervient au moment où Jacques TOUBON, le défenseur des droits, publie un rapport sur la situation des étrangers en France dans lequel il souligne que les mots « ne sont pas neutres » et « peuvent s’avérer à double tranchant ».(Dépêche AFP / 9 mai).
Un rappel utile pour des médias appelés régulièrement à éviter la confusion entre MIGRANTS, RÉFUGIÉS, CLANDESTINS, IMMIGRÉS ou EXILÉS…

RÉFUGIÉS, UN MOT QUI A FAIT DÉBAT AU SEIN DU JURY…

« Après un long débat, le Jury du "Mot de l'année", RÉFUGIÉS est apparu comme le plus symbolique, le plus significatif, le plus émouvant de l'année, celui qui illustre le plus, en cette période si emprunte de gravité, les problèmes essentiels du monde d'aujourd'hui. Il l'a fait après une longue discussion, pour départager RÉFUGIÉS et MIGRANTS. Pour certains membres du jury, MIGRANTS correspondait mieux à une considérable réalité, mondiale, dont la situation de RÉFUGIÉS est, dans certains cas, la résultante. D'autres jurés ont fait valoir que, dans l'actualité, celle des acteurs concernés comme celle des médias et des citoyens dans leurs conversations, c'est bien, après une percée de MIGRANTS, le mot de RÉFUGIÉS qui l'a remplacé. Et qu'il a été adopté parce qu'il renvoie aussi à "nous", en Europe, en France, à notre capacité d'accueil et d'ouverture.
Un juré a notamment insisté : "MIGRANTS renvoie à Immigration, c'est un mot qui, souvent, suscite la peur, chez nous, alors que RÉFUGIÉS renvoie chez nous à un droit, il est plus positif".
Finalement, c'est donc unanimement que le jury du Mot de l'année a voté pour RÉFUGIÉS.
Parmi les mots les plus cités dans la première phase de la délibération, trois termes avaient dominé les autres choix possibles: ceux de UBERISATION (nouveau mot, qui fait fureur, et exprime bien la possibilité d'une évolution économique et sociale majeure), de RÉPUBLIQUE (le mot-symbole autour duquel les citoyens se rassemblent, face aux dangers extérieurs et intérieurs) et ORTHOGRAPHE (puisque la réforme entrée en vigueur dans les manuels scolaires change la vie des MOTS, qui passionne forcément les fidèles du Festival du Mot). »  Roland CAYROL

…UN MOT QUI S’EST VITE IMPOSÉ AUPRÈS DU PUBLIC

Dès les premiers jours, RÉFUGIÉS est arrivé en tête des votes sur motdelannee.fr, suivi par TERRORISME et UBERISATION, RÉPUBLIQUE et ORTHOGRAPHE. Les lecteurs de 20 Minutes ont, quant à eux, choisi TERRORISME (22%) après que RÉFUGIÉS est longtemps resté en tête. Vient ensuite ORTHOGRAPHE, puis ex-aequo RÉPUBLIQUE, UBERISATION et RADICALISATION (Mot choisi par les collégiens de la Nièvre). A l’international, les votes ont été assez différents : les francophones et les Français à l’étranger ont privilégié PRIMAIRES, puis ORTHOGRAPHE puis CLIMAT. RÉFUGIÉS arrive en quatrième position.
Au global, RÉFUGIÉS récolte 20,45% des suffrages, TERRORISME : 17,05%, UBERISATION : 11,70%, RÉPUBLIQUE : 10,57% et ORTHOGRAPHE : 10,13%. CLIMAT représente 9,83% des voix, RADICALISATION : 8,95%, SÉCURITÉ : 7,28%, BINATIONAUX : 2,04%, PRIMAIRES : 1,61%, FRAPPES : 0,39%


Jury Présidé par Roland Cayrol,

Jean-François BARBIER-BOUVET, sociologue 
Christophe BARBIER, Directeur de la rédaction (l’Express)
Olivier BARROT, écrivain, journaliste (France Télévisions)
Jean-Philippe BERTIN, rédacteur en chef (Journal du Centre)
Jean Loup CHIFLET, écrivain, éditeur
Mariette DARRIGRAND, sémiologue
Philippe DELERM, écrivain
Loïc DEPECKER, délégué général à la langue française et aux langues de France
Paul FOURNEL, écrivain, oulipien
Michèle GAZIER, écrivain, journaliste
Gaëtan GORCE (Président Cité du Mot)
Michèle JACOBS, Dir. Francophonie (TV5Monde)
Héléne JOUAN, journaliste (France Inter)
 journaliste (20 Minutes)
Marc LECARPENTIER (Festival du Mot)
Pierre LEPAPE, écrivain, journaliste
Xavier NORTH (Ministère de la Culture)
Erik ORSENNA, académicien, Président d’honneur du Festival du Mot
Alain REY, lexicologue
Vincent ROCA, Artiste, humoriste
CLAUDE SERILLON, journaliste


 




Motsjeuxmotmotsmotsmotsscave
Festival du mot sur Facebook