Les Éditos

"Car le mot, qu’on le sache, est un être vivant."

C’est Victor Hugo qui disait que « les mots manquent aux émotions ».
C’est à lui, du coup, que nous, l'équipe du Festival du Mot, avons préféré confier l’éditorial de ce Festival…

Car le mot, qu’on le sache, est un être vivant.
La main du songeur vibre et tremble en l’écrivant ;
La plume, qui d’une aile allongeait l’envergure,
Frémit sur le papier quand sort cette figure,
Le mot, le terme, type on ne sait d’où venu,
Face de l’invisible, aspect de l’inconnu ;
Crée, par qui ? forgé par qui ? jailli de l’ombre
Montant et descendant dans notre tête sombre,
Trouvant toujours le sens comme l’eau le niveau
Formule des lueurs flottantes du cerveau
Oui, vous tous, comprenez que les mots sont des choses
Ils roulent pêle-mêle au gouffre obscur des proses,
Ou font gronder le vers, orageuse forêt.
Les mots heurtent le front comme l’eau le récif ;
Ils fourmillent, ouvrant dans notre esprit pensif
Des griffes ou des mains, et quelques-uns des ailes ;
Comme en un âtre noir errent des étincelles.
Rêveurs, tristes, joyeux, amers, sinistres, doux,
Sombre peuple, les mots vont et viennent en nous ;
Les mots sont les passants mystérieux de l’âme.
 
Victor HUGO      
Extrait, Les Contemplations, I, VIII


Ce festival est dédié à Jean BOJKO et Jacques HIGELIN qui, tous deux, ont enchanté les spectateurs en 2009, 2013 et 2015.

..............................................................................................................................................

« Cours camarade, le vieux monde est derrière toi » !

Eh oui, cette année le festival lance un clin d’œil à MAI 68, cinquante ans après !
Évènement que certains louent et d’autres exècrent encore. Force est de constater que MAI 68 a marqué à tout jamais notre société et notre façon de vivre: émancipation, liberté, conscience… tant de mots qui ont marqué cette période et la multitude de slogans qui pour certains restent encore dans nos esprits…
« L'imagination au pouvoir », ce n'est pas si simple me direz-vous. « Tout est politique » et parfois même poétique. Imaginer ensemble ce que sera notre pays dans les cinquante prochaines années, voilà une bien belle ambition.
Bon sang, pour une fois au moins, « prenons nos désirs pour des réalités » et construisons notre futur, un futur où toutes les cultures ont leur place et où personne n'est oublié, un futur où l'on peut « vivre sans temps mort et jouir sans entrave ».
« On ne peut plus dormir une fois qu'on a ouvert les yeux » et comme « on ne tombe pas amoureux d'un taux de croissance, soyons réalistes, demandons l'impossible » pour préserver notre qualité de vie, nos manifestations culturelles.
« Sous le pavé (charitois), il a la plage », et sûrement  pas de "métro-boulot-dodo » !
« Fermons la télé, ouvrons les yeux » et les oreilles.
« La beauté est dans la rue, ce n'est qu'un début, continuons le combat ».
Venez donc faire votre révolution culturelle, douce, lucide et radieuse, venez au Festival du Mot !

Henri Valès,
Maire de la Charité-sur-Loire

..............................................................................................................................................


Festival du mot sur Facebook