Les Éditos

POUR DES MOTS QUI SONNENT JUSTE

S’il fallait donner un aperçu du formidable pouvoir des mots, jamais campagne électorale n’aura été si exemplaire : Au fil des semaines, ces millions de mots prononcés par les candidats, ces milliers de mots des commentateurs ou des anonymes sur les réseaux sociaux ont enchanté, surpris, désorienté, épouvanté ou convaincu les citoyens soucieux de participer à la consultation démocratique majeure du pays.

Entre mots qui leurrent ou égarent, mots qui éclairent ou réveillent et mots des fausses infos qui bourrent les « unes » de Facebook, l’électeur attentif a dû, bon gré, mal gré, surnager dans ce torrent lexical qui charrie le meilleur, le moins mauvais, ou le pire.
Au moment où l’on écrit ces lignes, nul ne sait quels mots vont gagner. Mais, fut-ce par optimisme béat au vu des programmes et projets qu’on entend depuis des mois, on forme ici le vœu que le mot « culture » trouve sa juste place dans ce quinquennat qui commence.

Parce que nous sommes de « ceux qui disons non à l’ombre » (Aimé Césaire), parce que nous sommes convaincus que « ce sont les mots qui viennent chercher au tréfonds de nous cette indomptable énergie qui nous propulse vers de belles aventures collectives » (Christiane Taubira), ce Festival du Mot entend bien, pour sa 13éme édition, continuer à lutter contre les déterminismes sociaux en proposant à tous d’apprivoiser les mots et de valoriser leur saveur.
C’est donc un immense bonheur d’avoir pour invitée d’honneur Christiane Taubira dont on sait la fraternelle et généreuse passion pour la poésie.

Parce que tous les mots ne se valent pas, parce qu’il en est qui font peur ou qui sonnent creux, les vers multicolores du poète nous aident à vaincre nos angoisses et à espérer en l’avenir, coûte que coûte. Ce qui n’est pas rien quand on sait que "tout l'espoir n'est pas de trop pour regarder le siècle en face"(Aimé Césaire)

L’équipe du Festival du Mot


Ce festival est dédié à Malek Chebel, invité d’honneur en 2010, infatigable défenseur d’un
« islam des lumières »

..............................................................................................................................................

OPTIMISME, CULTURE ET SOLIDARITÉ

L’optimisme c’est un état d’esprit, c’est s’autoriser à envisager un avenir plus favorable que celui que l’on nous propose. C’est aussi et surtout se prendre en charge et se mettre en scène pour construire un monde meilleur. La culture n’en est-il pas le meilleur vecteur ?

Nous devons rester optimistes en luttant contre la tentation de l'inculture et penser qu'un festival, où tous les mots comptent, contribue à nous élever et à lutter contre toutes les formes d’ignorance. Nous aimons à croire que notre cher « Festival du Mot » nous aidera à bousculer nos représentations et contribuera à redonner du sens à nos vies.

Nous devons rester optimistes en portant un modèle de société où la culture a toute sa place car elle porte toutes les formes d’expression et de liberté. Elle accompagne tous nos gestes de solidarité car on peut adoucir le parcours des personnes qui fuient la guerre ou la famine en les accueillant pour un court moment et leur redonner ainsi l'espoir d'une vie meilleure.

Nous devons rester optimistes et admettre qu'il est possible que les choses évoluent pour peu que chacun s’engage, au-delà des discours, dans des actions au quotidien, petites et grandes. Les initiateurs du « Fstival du Mot » et l’ensemble des artistes mobilisés pour cette nouvelle édition  y contribuent à leur manière.

Enfin, il faut réussir à transmettre notre optimisme et notre soif de culture et de solidarité aux jeunes générations afin qu'elles construisent de manière éclairée leur propre chemin.

Bon Festival à tous.

Henri Valès,
Maire de la Charité-sur-Loire

..............................................................................................................................................


Festival du mot sur Facebook